Apprendre les TCC

Découvrir les Thérapies Comportementales, Cognitives et Emotionnelles

Cette page examine et compare l'analyse d'une première séance de psychothérapie par différentes Intelligences Artificielles.
Cette analyse concerne notre patiente fictive Julie Dupont (mes excuses pour les éventuelles homonymies...).

Le but est d'illustrer la manière dont les psys et leurs patients pourraient utiliser et bénéficier de ces capacités, ainsi que
d'inviter à la réflexion et au débat sur l'usage de l'I.A. en psychothérapie.

Facteurs de maintien

Prompt donné à l'I.A.

Le prompt

Dans les différentes situations-problèmes évoquées par la patiente, quels semblent être les facteurs de maintien des problèmes ? Répond de façon détaillée et argumentée.

La réponse de Gemini 1.5 Pro :

Facteurs de maintien des problèmes :

Les situations-problèmes évoquées par Julie sont maintenues par un ensemble complexe de facteurs qui interagissent entre eux. Voici quelques-uns des principaux facteurs de maintien :

1. Renforcement négatif :

  • Évitement des émotions difficiles : La consommation d'alcool et de cannabis, ainsi que l'évitement des relations sociales, permettent à Julie d'échapper temporairement à ses émotions difficiles, telles que l'anxiété, la tristesse et la honte. Ce renforcement négatif maintient ces comportements malgré leurs conséquences négatives à long terme.

2. Schémas précoces inadaptés (SPI) :

  • Schéma d'imperfection/honte : Ce schéma conduit Julie à se critiquer sévèrement et à se sentir inadéquate, ce qui alimente son anxiété et sa faible estime de soi.
  • Schéma d'abandon/instabilité : Ce schéma la rend craintive de l'abandon et du rejet, ce qui l'amène à éviter les relations profondes et à se contenter de relations superficielles.
  • Schéma d'échec : Ce schéma la convainc qu'elle est vouée à l'échec, ce qui la décourage de poursuivre ses objectifs et de prendre des risques.

3. Pensées automatiques négatives :

  • Pensées dévalorisantes : "Je suis nulle", "Je ne suis pas normale", "Je ne suis pas à la hauteur".
  • Pensées catastrophiques : "Ça va tout capoter", "Si je dis quelque chose, ce sera pire".
  • Lecture de pensée : "Ils vont se dire que c'est une arnaque".

Ces pensées automatiques négatives renforcent les SPI de Julie et contribuent à son mal-être et à ses comportements problématiques.

4. Comportements d'évitement :

  • Évitement des situations sociales : Julie évite les situations sociales par peur du rejet et du jugement, ce qui l'empêche de développer des relations satisfaisantes et de renforcer son sentiment d'appartenance.
  • Évitement de l'introspection : Julie résiste à l'exploration de ses pensées et de ses émotions, ce qui l'empêche de prendre conscience des schémas et des croyances qui contribuent à ses difficultés.

5. Renforcement positif :

  • Approbation des autres : Julie recherche l'approbation des autres et se sent valorisée lorsqu'elle la reçoit. Cela peut la conduire à se conformer aux attentes des autres, même si cela va à l'encontre de ses propres besoins et valeurs.
  • Succès professionnel : Le succès de son entreprise pourrait renforcer son perfectionnisme et ses exigences élevées, car elle pourrait croire que c'est la seule façon de réussir et d'être valorisée.

Conclusion :

Les facteurs de maintien des problèmes de Julie sont complexes et interdépendants. Le renforcement négatif, les SPI, les pensées automatiques négatives, les comportements d'évitement et le renforcement positif contribuent tous à maintenir ses difficultés et à l'empêcher de progresser vers le changement. La thérapie devra s'attaquer à ces différents facteurs pour aider Julie à briser le cycle de ses problèmes et à développer des modes de fonctionnement plus sains et plus adaptatifs.

Capture d'écran de la réponse

La réponse de Chat GPT-4o :

Facteurs de Maintien des Problèmes chez la Patiente

En analysant les différentes situations-problèmes évoquées par Julie, plusieurs facteurs de maintien des problèmes peuvent être identifiés. Ces facteurs sont des éléments qui perpétuent les difficultés psychologiques et comportementales de la patiente, malgré les conséquences négatives qu'elles peuvent engendrer.

1. Critiques de l'Employé et Sentiment de Dévalorisation

Situation-Problème :

  • Julie est fréquemment critiquée par son employé, ce qui génère un sentiment de dévalorisation.

Facteurs de Maintien :

  • Internalisation des Critiques : Julie accepte passivement les critiques de son employé et les intègre à son auto-évaluation, renforçant son sentiment de dévalorisation.
    • Exemple : "Il dit que ce que je fais, ce n’est jamais assez bien." "Je me sens humilié un peu."
  • Perfectionnisme : L'exigence de perfection dans son travail, exacerbée par les critiques, maintient un cycle de stress et de dévalorisation.
    • Exemple : "Il faut que ce soit parfait."

2. Usage de l'Alcool pour Gérer le Stress

Situation-Problème :

  • Julie utilise l’alcool pour se détendre après des journées stressantes.

Facteurs de Maintien :

  • Soulagement Temporaire du Stress : La consommation d'alcool procure un soulagement immédiat et temporaire du stress, ce qui renforce ce comportement malgré ses effets négatifs à long terme.
    • Exemple : "Depuis que mon entreprise marche bien, je bois un petit peu et ça, ça me détend."
  • Évitement des Émotions Négatives : L'alcool est utilisé comme une stratégie d'évitement pour ne pas faire face aux émotions négatives et aux pensées anxieuses.
    • Exemple : "Je bois du bon vin... un petit peu tous les jours, parce que la journée, après, le soir."

3. Difficultés de Sommeil

Situation-Problème :

  • Julie a des difficultés à dormir, souvent liées au stress et à l'anxiété.

Facteurs de Maintien :

  • Anxiété Nocturne : Les pensées anxieuses au moment du coucher empêchent Julie de s'endormir et maintiennent un cycle de mauvais sommeil.
    • Exemple : "Je prends des cachets aussi."
  • Usage de Substances pour Dormir : L'utilisation d'alcool et de médicaments pour s'endormir peut perturber davantage le cycle de sommeil et rendre Julie dépendante de ces substances.
    • Exemple : "Le soir, avant de dormir, je prends des cachets aussi."

4. Sentiment d'Échec et Doutes sur ses Compétences

Situation-Problème :

  • Julie doute de ses compétences et craint que son succès professionnel soit injustifié.

Facteurs de Maintien :

  • Croyances Irrationnelles : Les croyances négatives et irrationnelles sur ses compétences maintiennent son sentiment d'échec et de doute.
    • Exemple : "Je me dis que peut-être qu’au bout d’un moment, ils vont se dire que c’est une arnaque."
  • Auto-critique Sévère : Julie se critique sévèrement et minimise ses succès, ce qui renforce son sentiment d'incompétence.
    • Exemple : "Ce que je fais, ce n’est pas incroyable. Tout le monde peut le faire."

5. Isolement Social et Sentiment de Solitude

Situation-Problème :

  • Julie se sent souvent seule et sans personne à qui se confier.

Facteurs de Maintien :

  • Évitement des Interactions Sociales : Le retrait social et l'évitement des interactions renforcent son sentiment de solitude et d'isolement.
    • Exemple : "Je n’ai pas de personne à qui me confier."
  • Croyances Négatives sur les Relations : Julie peut avoir des croyances négatives sur les relations interpersonnelles, ce qui la dissuade de chercher du soutien social.
    • Exemple : "Bah, je ne sais pas, j’étais souvent toute seule."

Conclusion

Les facteurs de maintien identifiés pour les différentes situations-problèmes de Julie incluent l'acceptation passive des critiques, l'exigence de perfection, l'évitement des émotions négatives, l'utilisation de substances pour gérer le stress et les troubles du sommeil, les croyances irrationnelles et auto-critiques, et l'évitement des interactions sociales. Ces facteurs perpétuent les difficultés psychologiques et comportementales de Julie, malgré les conséquences négatives associées.

Pour aider Julie à surmonter ces difficultés, il sera important de travailler sur la restructuration cognitive pour modifier les croyances négatives, d'introduire des stratégies de gestion du stress et des émotions plus adaptatives, et d'encourager des comportements sociaux positifs pour réduire son isolement.

Capture d'écran de la réponse

Votre avis sur cette réponse de l'I.A

Votre avis est précieux ! Merci de nous faire un retour sur cette expérimentation :-)

Vos suggestions pour améliorer cette page

Merci d'être constructif, ce site est un projet perso d'étudiant, fait avec passion mais peu de moyens !

Pour vous informer de la suite donnée à votre suggestion, promis votre e-mail restera confidentiel !

origin

Anti-spam :

* champs obligatoires

En application de la loi n° 78-17 du 06 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art. 26i), d'accès (art. 34 à 38) et de rectification (art. 36) des données vous concernant. Pour cela, contactez-nous

Haut de page