Apprendre les TCC

Découvrir les Thérapies Comportementales, Cognitives et Emotionnelles

Les différentes étapes d’une TCC

Pour s’inscrire dans la relation d’aide, on va utiliser les outils de manière méthodologique. C’est ce qui fait la différence entre une bonne thérapie qui va avoir une efficacité clinique et une moins bonne. On va donc respecter l'enchaînement d'un certain nombre d'étapes dans la psychothérapie, pour viser des changements durables chez la personne.

Le déroulement classique d’une TCC se passe en plusieurs étapes :
  1. Prise de contact
  2. Etude des buts et de la motivation au changement
  3. Analyse fonctionnelle : diagnostic clinique et comportemental
  4. Restitution au patient
  5. Hypothèses & établissement des priorités / Hiérarchisation
  6. Stratégies thérapeutiques
  7. Evaluation de l’efficacité
  8. Prévention de la rechute
Certaines de ces étapes seront détaillées dans des rubriques dédiées.

Prise de contact

Tout d’abord, il y a la prise de contact avec le patient, comme tout travail centré sur la relation d’aide. Cela passe en général par le secrétariat, le patient peut très bien venir déjà avec des éléments voir un diagnostic. Le patient peut avoir été orienté par des collègues.
On va étudier la plainte subjective de la personne.
La personne souffre d’agoraphobie, elle voudrait pouvoir à nouveau sortir de chez elle sans angoisse. La personne souffre de TOC de vérification, elle voudrait réduire le temps social perdu et pouvoir retrouver une activité à temps plein.

Buts et motivations au changement

Ensuite, on va étudier les buts et la motivation au changement pour la personne grâce à l’entretien. On va voir à quelle étape la personne en est, le niveau de conscience de son trouble psychologique et si elle souhaite opérer un changement.

On a tous tendance à sous-estimer la difficulté du changement. On peut donc souffrir d’un trouble et être très en difficulté pour changer. Il arrive fréquemment que les soignants aient des objectifs différents de ceux de leurs patients. Dans ce cas on va se retrouver dans une impasse et se retrouver en situation d’échec et on va finir par en vouloir au patient. On aurait pu éviter ces difficultés si l’on avait évalué plus justement la capacité du patient à s’engager dans le changement. Pour ce type d'évaluation on va utiliser les techniques de l'entretien motivationnel.

Analyse fonctionnelle

Par cet entretien, on va ensuite faire une analyse fonctionnelle afin d’en dégager un diagnostic clinique et comportemental. C’est le cadre conceptuel qui va nous permettre de savoir ce qui se passe pour ce patient en particulier.
2 patients souffrant du même trouble n’auront pas forcément les mêmes besoins en termes de stratégie pour changer.

Dans l’histoire de ce patient qu’est-ce qui fait que ce trouble s’est développé et maintenu ?
Analyse fonctionnelle est le terme français consacré. Dans les ouvrages anglo-saxons on va parler de « conceptualisation de cas ». Ce travail de formulation des hypothèses est aussi en lien avec le diagnostic clinique (« comment s’appelle son trouble ? »), ce qui renvoie à la CIM-10 et au DSM-5 pour catégoriser ce qui se passe. Cela permet de bénéficier des éléments de recherche et de preuve par rapport au trouble. Mais attention de ne pas tomber dans le prêt-à-penser.

Il faut vraiment adapter au patient spécifiquement, on ne peut pas faire du « copier-coller ».
La TCC c’est l’application de la démarche scientifique en psychologie à l’approche psycho-thérapeutique. On va poser des hypothèses et poser la démarche qui y correspond pour voir si cela fonctionne. C’est une démarche très expérimentale.

Restitution au patient

On est aussi dans une approche collaborative, on va partager avec le patient nos hypothèses et notre démarche sous la forme d'une synthèse explicative. On souhaite que le patient comprenne, l’aspect communication avec le patient est donc très important.
Lorsqu’on a fait ce diagnostic, il va falloir le restituer au patient, lui donner de l’information, lui expliquer de quoi il souffre.
On souhaite que le patient apprenne sur son trouble et les stratégies pour aller mieux. Il y a donc un aspect de psycho-éducation pour qu’il devienne autonome. L’objectif est que le patient puisse se passer de thérapeute.
Le moyen pour cela est le transfert de connaissances, mais surtout de compétences.

Hypothèses & établissement des priorités

Exposer nos hypothèses au patient lui permet de voir où on en est de la compréhension des choses, il va pouvoir confirmer/infirmer/compléter… Souvent le patient n’a pas qu’un seul problème. Il peut avoir un trouble principal, une anxiété sociale qui découle de son trouble et un problème motivationnel pour changer. On a évidemment besoin du patient pour procéder aux changements requis.
On met alors en place des hypothèses et l’établissement des priorités avec une hiérarchisation. On va lister tout ce qu’il faudrait apprendre au patient pour faire face à ses troubles et changer.

Evaluation de l’efficacité

  • On évalue alors les stratégies thérapeutiques adéquates à la pathologie afin de pouvoir donner au patient un traitement adéquat.
  • On va, grâce à des échelles psychométriques adaptées, comparer le niveau de base avant et après la prise en charge (ou bien évaluer les objectifs) afin de pouvoir évaluer l’efficacité des stratégies thérapeutiques mises en place.
  • On peut également évaluer de manière subjective : évaluer les attentes avant la prise en charge et évaluer ensuite, si ce patient à atteint ces objectifs ou non suite à la prise en charge.
  • Cette évaluation permet également de vérifier que l'expérience réelle confirme ou non nos hypothèses.

Prévention de la rechute

La dernière étape, une fois que le patient va réellement mieux et qu’il veut donc arrêter la thérapie, c’est la prévention de la rechute, donc de vérifier de temps en temps s’il n’a pas rechuté avec des séances plus espacées. On souhaite un changement durable.

Vos suggestions pour améliorer cette page

Merci d'être constructif, ce site est un projet perso d'étudiant, fait avec passion mais peu de moyens !

Pour vous informer de la suite donnée à votre suggestion, promis votre e-mail restera confidentiel !

Anti-spam :

* champs obligatoires

En application de la loi n° 78-17 du 06 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art. 26i), d'accès (art. 34 à 38) et de rectification (art. 36) des données vous concernant. Pour cela, contactez-nous

Haut de page