Apprendre les TCC

Découvrir les Thérapies Comportementales, Cognitives et Emotionnelles

Modèle BASIC IDEA (Lazarus, 77, Cottraux, 85)

Cette grille d'analyse fonctionnelle à été réalisée par Lazarus en 1976, complétée par Cottraux en 1985 (E et A).

Elle facilite le recueil complet, précis des informations qui permettent à un thérapeute de se faire une idée élémentaire avant de faire un choix thérapeutique. Il va prendre en compte des comportements ouverts (overt), c’est-à-dire observables et des comportements couverts (covert) non-observables.

Définition

Pour le terme « BASIC » :
  • B pour Behavior : le comportement problème pour lequel le patient vient consulter. On va chercher à compléter cela de façon diachronique : facteurs historiques (vulnérabilité dans l’enfance), facteurs déclencheurs et de maintien…
  • A pour Affect : les émotions qui posent problème.
  • S pour Sensation : sensations physiques ou corporelles qui découlent de l’émotion.
  • I pour Imagery : l'imagerie mentale : est-ce qu’ils visualisent les scènes comme des petits films. Importante car si le patient n’a pas accès à l’imagerie, en thérapie ce sera dur de faire de l’exposition en imagination.
  • C pour Cognitions : ses pensées, ses croyances, ses pensées automatiques quant à la situation problème et ses croyances quant à ses capacités à commencer la thérapie.

Pour le terme « IDEA » :
  • I pour Interpersonal : est-ce que le patient est très affirmé ou est-ce qu’il est plutôt introverti ? Quelles relations avec son entourage ?
  • D pour Drugs : ça va être les drogues au sens large mais également les médicaments (substances psycho-actives). Quels traitements médicamenteux sont en cours ?
  • E pour Expectations : ce qu’attend le patient de la thérapie : sa demande, ses objectifs : quelles sont ses espérances ou ses réticences ? Ca va déterminer en partie de l’efficacité en post-traitement. Peut nécessiter une psycho-éducation, si par exemple un patient arrive et dit qu’il ne veut plus jamais ressentir la peur.
  • A pour Attentes : ça concerne le thérapeute, ce qu’il attend en termes de réussites ou d’échecs. Exemple : Peu de critique des idées obsessionnelles. Evitement émotionnel et cognitif majeur. Des améliorations sont possibles. Traitement TCC long et délicat. Je me dis que ce n’est pas demain qu’on va commencer l’exposition.
L’avantage de ce modèle est de ne rien oublier. Par contre le problème c’est qu’il n’y a pas l'aspect dynamique entre les catégories, pour comprendre comment chaque variable est liée à une autre.

Vos suggestions pour améliorer cette page

Merci d'être constructif, ce site est un projet perso d'étudiant, fait avec passion mais peu de moyens !

Pour vous informer de la suite donnée à votre suggestion, promis votre e-mail restera confidentiel !

Anti-spam :

* champs obligatoires

En application de la loi n° 78-17 du 06 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art. 26i), d'accès (art. 34 à 38) et de rectification (art. 36) des données vous concernant. Pour cela, contactez-nous

Haut de page