Apprendre les TCC

Découvrir les Thérapies Comportementales, Cognitives et Emotionnelles

Les troubles du comportement alimentaire (TCA)

Page en cours d'élaboration, merci de votre compréhension...
 
On appelle troubles du comportement alimentaire (TCA) les conduites alimentaires différentes de celles habituellement adoptées par des individus placés dans un même environnement nutritionnel et socioculturel, et induisant des troubles somatiques et psychologiques. Les troubles les plus fréquents, en dehors du grignotage et de la suralimentation, sont l’anorexie et la boulimie. Ils touchent dans 9 cas sur 10 des jeunes filles ou femmes, mais les garçons et les hommes peuvent être concernés.
Source : HAS - AFDAS-TCA.

Prévalence des TCA

Pour les 12-25 ans, dans les pays industrialisés : entre 0,5 et 1% pour l'anorexie mentale et 1,8 à 2% pour la boulime et l'hyperphagie. Ces pourcentages sont probablement des estimations bases car les dépistages sont basés sur des auto-évaluations et l'on sait que le déni est fréquent.

Une variété de TCA

Ceux reconnus par le DSM-5 :
  • L'Anorexie mentale (type restrictif pur et type avec accès hyperphagique et purgatif)
  • Anorexie secondaire
  • La boulimie
  • Accès hyperphagiques (binge-eating disorder)
  • Restriction ou évitement de l’ingestion d’aliments
  • Le pica
  • Mérycisme
D'autres ne faisant pas encore l'objet d'une catégorie diagnostique :
  • L'Orthorexie

Concepts clés

Représentation du corps

Les personnes souffrant de TCA ont une représentation de leur corps qui est instable incertaine. Elle est très influencée par leur état émotionnel ainsi que par la pression sociale. Cette représentation de leur corps ou de certaines parties est la plupart du temps erronée, typiquement ils se perçoivent plus gros qu'ils ne le sont.

Satiété & Rassasiement

La satiété correspond à l'arrêt de la faim. La personne se dit « Je n'ai plus faim ». Le rassasiement intervient quand on sent qu'on a eu sa dose au niveau du plaisir lié au repas.

Emotions alimentaires

Se sentir en manque ou avoir une émotion en consommant un aliment : du plaisir, du dégoût....

Faim & Envie de manger

La faim se remarque par des sensations désagréables au niveau du ventre, signalant que l'organisme a besoin d'un nouvel apport d'énergie ou de certains nutriments, on distingue cela de l'envie de manger qui, elle, peut être indépendante de l'équilibre énergétique de l'organisme.

Les émotions négatives telles que l'anxiété, la tristesse (solitude, ennui), la colère, la honte ou le dégoût (émotion très présente dans les TCA) peuvent provoquer une envie de manger. Les sensations, notamment les douleurs chroniques ou la fatigue peuvent éliciter une envie de manger.

Set Point & Poids régulé

On parle de poids régulé, lorsqu'on s'alimente en fonction de l'écoute de nos sensations alimentaires : manger quand on a faim, s'arrêter quand on est rassasié (satiété et plaisir).
Le Set Point est le poids de référence de la personne. Il est probablement inscrit dans nos structures thalamiques, on ne peut pas le déterminer directement, sauf si on est un individu avec un poids régulé.
Pour les autres personnes, on va l'établir indirectement via notamment la courbe de poids enfant (carnet de santé) ainsi que la morphologie des parents et de la fratrie.

Surconsommation

La surconsommation : consiste à manger au-delà de ses besoins énergétiques (plus que ses dépenses), c'est-à-dire manger plus que sa faim. Le type d'aliment ingéré n'entre pas en ligne de compte.

Compulsions alimentaires

On parle de compulsion alimentaire lorsqu'on mange beaucoup d'un aliment ou d'un type d'aliment en particulier.

Restriction cognitive

La restriction cognitive : Intention de contrôler ses apports caloriques en s’imposant un ensemble d’obligations et d’interdictions alimentaires dans le but de maigrir ou de ne pas grossir.

L'idée est que la personne souhaitant maîtriser son poids (typiquement le réduire) va essayer d'avoir une alimentation contrôlée par des facteurs externes (cognitifs) et non plus par les facteurs internes (homéostasie énergétique et métabolique).

Cette démarche va mener progressivement à un effacement des signaux physiologiques (faim, satiété) derrière les processus de mentalisation et les émotions. Le contrôle cognitif et les croyances alimentaires de la personnes va donc devenir prédominant sur les mécanismes régulateurs naturels du corps. En pratique il s’agit davantage d’une intention de contrôle que d’un contrôle effectif car le corps dispose de mécanismes puissants pour assurer son homéostasie, il va donc y avoir une alternance entre des phases de contrôle et des phases de pertes de contrôle de la personne.

Les questionnaires et échelles utiles

Echelles dédiées aux TCA

  • EDI 2 : évaluation des attitudes et comportements associés aux troubles alimentaires selon plusieurs dimensions,
  • EAT 40 : cette échelle est la plus connue et la plus utilisée pour évaluer la gravité de l’anorexie mentale ainsi que son évolution
  • L’inventaire de la boulimie d’Edinburgh : questionnaire évaluant les symptômes boulimiques.
  • Échelle de fusion pensée-forme : pour évaluer ce biais cognitif particulier qui fait que quand l’individu se représente mentalement un aliment, il a l’impression que cela équivaut à le manger.

Echelles concernant le concept de soi

  • L’échelle d’évaluation du sentiment d’efficacité personnelle,
  • L’échelle des standards personnels pour évaluer le perfectionnisme et le niveau d’exigence personnel,
  • L'échelle d’évaluation de l’affirmation de soi de Rathus,
  • L’échelle d’estime de soi de Rosenberg.

Echelles concernant la régulation émotionnelle

  • L’échelle d’alexithymie de Toronto (TAS 20) qui évalue l’alexithymie,
  • Le questionnaire d’alexithymie de Bermond et Vorst (BVAQ),
  • L’échelle de recherche de sensations de Zucckerman qui évalue le besoin de sensations fortes,
  • Le Dutch Eating Behavior Questionnaire (DEBQ) adapté pour les patients souffrant d'obésité et qui évalue également la dysrégulation émotionnelle et la restriction cognitive.

Echelles concernant l'image corporelle

  • L’évaluation de l’image du corps révisée (BIA-R) permet d'établir l’idéal corporel recherché par la personne,
  • Le Body Shape Questionnaire (BSQ) pour évaluer l’insatisfaction corporelle,
  • Silhouettes de Mouchès,
  • Silhouettes de Perroud.

Echelles et questionnaire pour les TCA

Livres sur les TCA pour les thérapeutes

Livres sur les TCA pour les patients

Vos suggestions pour améliorer cette page

Merci d'être constructif, ce site est un projet perso d'étudiant, fait avec passion mais peu de moyens !

Pour vous informer de la suite donnée à votre suggestion, promis votre e-mail restera confidentiel !

Anti-spam :

* champs obligatoires

En application de la loi n° 78-17 du 06 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art. 26i), d'accès (art. 34 à 38) et de rectification (art. 36) des données vous concernant. Pour cela, contactez-nous

Haut de page