Apprendre les TCC

Découvrir les Thérapies Comportementales, Cognitives et Emotionnelles

Vous êtes ici : Apprendre les TCC / Blog

Angeline Riegel - psychologue spécialisée en TCC et en neuropsychologie

Quelle est votre profession et où exercez-vous ?

Je suis psychologue spécialisée en TCC et en neuropsychologie. Je travaille dans un service d’addictologie dans une clinique hospitalière privée. Notre équipe est composée d’un infirmier, d’un médecin addictologue et d’une diététicienne. Nous proposons des consultations ambulatoires gratuites. Nous avons également la possibilité d’hospitaliser au sein de la clinique des patients pour un sevrage. Nous rencontrons des personnes souffrantes de toutes sortes de dépendances : alcool, tabac, cannabis, médicament, héroïne ou cocaïne pour la plupart, mais également troubles du comportement alimentaire ou jeux d’argent pathologique.

Quelle formation avez-vous suivie pour apprendre les TCC ?

Mon cursus professionnel a subi un petit virage puisque j’ai un master de psychologue spécialisée en neuropsychologie. J’ai eu des cours de TCC dans mon cursus, mais je ne me destinais pas à faire des entretiens « cliniques ». Lorsque j’ai obtenu mon premier poste en addictologie je me suis rendue compte que ces compétences cliniques me manquaient et j’ai choisi de me former aux TCC. Me considérant comme une scientifique, c’est l’approche en psychologie qui me paraissait répondre le plus à mes attentes. J’ai suivi une formation professionnelle en 3 ans via l’AFTCC qui m’a couté 4 500 euros et quelques week-end/jours de congés. La durée de la formation m’a paru essentielle (certaines formations se font en 1 an, mais sont plus chères), j’ai eu le temps entre chaque session de cours d’expérimenter, d’évoluer et de me poser des questions. Dès la deuxième année la formation comprenait des journées de supervision qui m’ont beaucoup aidées à apprendre à faire les bons choix thérapeutiques, à être plus à l’écoute de la demande du patient et surtout à être moins pressée de me lancer dans la thérapie sans avoir obtenu la complète adhérence du patient. J’ai également lu énormément d’ouvrages spécialisés dans cette période. Le partage avec mes compagnons de promo, tous issus du milieu « psy », et enthousiastes comme moi pour cette approche, a été très enrichissant et m’a permis de me créer un réseau de collègues TCC dans le Grand Est.

Qu’est-ce qui vous a motivée à apprendre les TCC ?

Comme je le disais c’est d’abord le côté scientifique qui m’a plu. Des protocoles structurés, des études validées et un cheminement « côte à côte » avec le patient. J’avoue que sur le marché du travail j’espérais également tirer une plus value de cette approche montante.

Est-ce que la pratique des TCC est conforme à l’idée que vous en aviez avant de vous former ?

Non, car la vraie vie et les vrais patients ne sont pas si simples ! Un protocole c’est une ligne de conduite mais j’ai toujours eu beaucoup de mal à ne pas m’en éloigner car votre patient rechute, où se fait quitter, où perd son travail et à chaque fois il faut s’adapter et rester empathique et chaleureux, on ne peut pas avancer comme des robots. Bien qu’aujourd’hui cela me paraisse évident, ça m’a perturbé au début car j’avais le sentiment « de ne pas faire juste » et que cette approche n’était au finale pas si carrée que l’idée que je m’en faisais. Mon cerveau me disait  « C’est trop difficile, je ne peux pas le faire. Pourquoi ça ne marche pas ? Ca parait si simple quand je lis le manuel. J’espère qu’il y a un thérapeute compétent pour me dire ce qu’il faut faire dans ce cas. Peut-être que je ne suis pas faite pour ce genre de travail. Je ferais mieux de diriger mes patients vers quelqu’un qui sait ce qu’il fait »… puis j’ai découvert les thérapies d’acceptation et d’engagement (ACT) et là j’ai eu le bout du puzzle qui me manquait et j’ai pu devenir la psychologue que je voulais être.

Quel est l’outil ou la technique de TCC qui vous semble la plus indispensable dans votre pratique quotidienne ?

Sans hésiter une seule seconde l’entretien motivationnel ! Dans mon domaine c’est la clef de l’accompagnement et elle m’a souvent aidé à débloquer des situations bien embrumées ! J’y raccroche le travail de l’alliance thérapeutique. En ce qui concerne l’évolution du patient l’exposition me semble la technique la plus efficace.

Factuellement, comment s’organisent vos relations avec les autres professionnels de santé et vos collègues « psy » ?

Les collègues médicaux (médecins et infirmiers) sont rassurés par cette approche et la terminologie utilisée qu’ils connaissent et comprennent. J’ai également toujours valorisé le partage d’information avec mes collègues (contrairement à d’autres psychologues, qui sous couvert du secret professionnel ne mettent aucunes notes dans les dossiers et ne disent rien en réunion d’équipe). J’aime le travail d’équipe et le partage des points de vue autour d’un patient, ça m’a toujours beaucoup fait avancer. En ce qui concerne mes collègues « psy », j’ai eu la chance de travailler avec des personnes ouvertes avec qui je partage la passion du comportement humain. Les relations ont toujours étaient très enrichissantes et les débats constructifs.

A quoi ressemble une de vos journées type au niveau professionnel ?

Des rendez-vous toute la matinée puis, fin de matinée, un temps de transmissions écrites dans les dossiers où je me note des pistes pour le prochain rendez-vous. Idem l’après-midi. Quand l’emploi du temps le permet je fais des recherches complémentaires pour certains cas plus complexes ou je me documente sur les nouveautés dans le domaine.

Y a-t-il un canal d’information privilégié que vous utilisez pour rester informé des progrès en TCC ?

Canal 2.0, je suis inscrite sur des groupes (AFTCC, ABCT) dont je vais visiter les pages internet régulièrement. Je suis également des groupes TCC et ACT via leur pages facebook qui relaient les nouveautés : articles, sortie de livre et conférences. J’achète régulièrement des ouvrages spécialisés.

Auriez-vous un conseil à donner à un étudiant qui démarre un cursus en TCC ?

Se donner les chances de pratiquer le plus tôt possible. On apprend les théories des TCC en cours et dans les livres, mais on apprend à être psychologue sur le terrain.

Auriez-vous un conseil à donner à un jeune diplômé en TCC ?

Ne pas se fermer de portes à cause d’a priori. Je me suis retrouvé à faire un entretien pour un poste en addictologie totalement par hasard sans imaginer que j’y rencontrerai ma passion.

Que pensez-vous de l'initiative de créer ce site internet ?

Que c’est courageux de mener ce projet (dont on ressent le travail derrière) en parallèle des études qui sont prenantes et stressantes. C’est un vrai acte d’altruisme au bénéfice de tous.

Cédric, étudiant québécois en M1 TCC à Strasbourg

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Cédric, je suis québécois et je suis venu en France poursuivre ma formation en psychologie.

Qu’est-ce qui vous a motivé(e) à apprendre les TCC ?

Je dois avouer que ce fut à la base un choix par élimination. Suite à mes 2 premières années de licence au Québec, j’ai été sensibilisé à différentes approches (TCC, Systémique, Humaniste…) et très peu à la psychodynamique. Arrivé en France, je n’avais pas encore « fait mon choix », mais j’ai vite réalisé que l’offre en formation initiale se limitait essentiellement à une formation en psychanalyse ou en TCC. Je m’y suis donc dirigé, tout en sachant que pour moi il n’y a pas de finalité à ma formation et que ce n’était que le début.

Quelle(s) formation(s) suivez-vous/avez-vous suivie(s) pour apprendre les TCC ? 

Je suis donc présentement en première année de master TCC à l’université de Strasbourg. La sélection est à l’entrée du M1, c’est donc une formation de 2 ans donnant accès au titre de Psychologue.

Suite à des congés maternité de deux professeures référentes assurant normalement de nombreuses heures de cours, nous avons eu droit à l’enseignement d’une grande diversité de psychologues cliniciens pour les remplacer. C’est pour moi le principal point fort que je sortirais de ma formation pour l’instant : cette grande variété d’enseignants ayant une pratique clinique, ceci nous permet d’avoir un clair aperçu des différentes réalités professionnelles (différents contextes institutionnels, difficultés spécifiques des différentes patientèles, conseils provenant de différentes expériences professionnelles, ...).

Pour moi, s'il devait y avoir un point faible à ce master, cela serait la difficulté de se former à la recherche pour le moment. Pour ceux qui sont davantage intéressés par la pratique c’est plutôt un point positif, l’approche étant plus centrée sur la clinique. En revanche, pour la recherche, il y a quelques lacunes à l’Université de Strasbourg cette année (en 2017 : pas de possibilité d’effectuer de mémoire recherche, ni de cours de statistique).

L’ambiance dans la promotion est vraiment agréable. Cette petite cohorte de 20 étudiants venant de partout en France ainsi que beaucoup d’internationaux, favorise énormément l’échange entre nous, ainsi qu’avec le corps enseignant. Cela permet de découvrir les différentes pratiques, les différents points de vue ainsi que différentes valeurs. Cette richesse culturelle est très formatrice ! De plus la taille de la cohorte facilite le regroupement en dehors des classes tissant une belle cohésion et ambiance entre nous.

Quelles autres formations comptez-vous suivre ensuite ?

Je me prépare pour l’instant pour un doctorat recherche sur la thérapie ACT. Mais à plus long terme, j’aimerais enrichir ma pratique par l’approche humaniste et peut-être d’une approche de psychologie positive.

Y a-t-il un stage que vous avez effectué et qui vous a particulièrement marqué ?

Chaque stage est une source précieuse d’informations. L’apprentissage qui me marque à chaque fois le plus est la découverte (ou redécouverte) d’un public. Parfois je crois connaître une patientèle, mais plus je passe de temps avec un certain public, plus je réalise que je ne le connais pas !

Il y a tellement de choses que j’ai découvert auxquelles je ne m’attendais pas, que le conseil que je peux vous donner, c’est d’essayer de faire le plus de stages possibles. De plus, je pense que plus longs ils étaient, plus riche j’en ressortais.

Auriez-vous un conseil à donner à un étudiant qui démarre un cursus en TCC ?

L’ouverture d’esprit ! Finalement, je suis heureux d’avoir choisi les TCC, parce que j’y trouve un modèle non exclusif. Je trouve qu’il prête à l’ouverture et à l’intégration d’autres pratiques. Je conseillerai donc de simplement se laisser aller dans ses passions du moment, y approfondir ses connaissances, lire, rencontrer des gens, échanger, pratiquer et conserver son esprit critique et scientifique.

Que pensez-vous de notre initiative de créer un site sur les TCC ?

Je trouve cette initiative formidable ! Je crois que c’est une très belle source d’informations autant pour les futurs étudiants, les étudiants actuels que pour les professionnels. Je souhaite que le site perdure et se développe davantage, ainsi que sa communauté.
 

Journées Régionales des Thérapies Comportementales et Cognitives les 18, 19 et 20 Mai 2017 à Dijon

Journées Régionales des Thérapies Comportementales et Cognitives les 18, 19 et 20 Mai 2017 à Dijon
Ce congrès est organisé en partenariat entre l’AFTCC et l’APTCCB (Association des Praticiens en Thérapie Cognitive et Comportementale de Bourgogne).

 Le thème sera double :
addictions classiques et nouvelles addictions,
apports et pratiques des TCC et nouveaux champs des TCC,
évolution des patients et des lieux d’exercices.

Vous pourrez assister à de nombreuses conférences sur les thèmes de la prise en charge :
  • des enfants,
  • des patients douloureux,
  • des addictions chez les personnes schizophrènes,
  • des dépendances sans substances,
  • des troubles du comportement alimentaires
et bien d’autres...

>>> Voir le pré-programme en détail...

Lauren, 25 ans, étudiante en M1 TCC à Strasbourg

Je suis Lauren, j’ai 25 ans et je viens de Chicago. En ce moment je suis étudiante en M1 Thérapies Comportementales et Cognitives à l’Université de Strasbourg.

Grâce à de nombreux voyages, je suis très ouverte d’esprit et tolérante envers les autres, ainsi qu’indépendante. Je suis plutôt sociable, et j'apprécie des moments partagés entre amis. J’adore la lecture et le sport (surtout la course à pied) et sinon, j’aime bien regarder des films et voyager pour découvrir des nouveaux endroits.

Jusqu’à présent, ma formation s’est faite aux Etats-Unis. J’ai obtenu ma licence en psychologie et français, après quatre ans d’étude à l’Université de Dayton, en Ohio. Pendant ce temps, j’ai également participé à deux programmes d’échange (chacun durant un mois) à Grenoble et à Angers pour étudier le français.

Pendant ma deuxième année de licence, j’ai pris un cours sur les méthodes d’apprentissage qui a souligné les théories et expériences de Pavlov et Skinner parmi d’autres. Un jour mon professeur a invité une intervenante à nous parler des mises en pratique de ces théories, on a ainsi appris comment appliquer les principes de renforcement et de punition en travaillant avec des enfants autistes. Cette présentation m’a motivé à rejoindre une équipe d’étudiants qui s’occupait de l’enseignement de Woody, un jeune garçon autiste de 7 ans pendant les deux années suivantes. Son évolution à l’école, ainsi que dans ses interactions sociales grâce, en partie, aux méthodes de l’analyse du comportement appliquée (ABA) pendant cette période était évidente et indéniable. A partir de là, j’étais sûre que mon parcours dans la psychologie s’orienterait vers les TCC !

Avant d’arriver à Strasbourg pour faire mon master en TCC, je n’ai pas suivi de formation spécialisée dans le domaine. Le cursus à Dayton était plutôt général et complet, explorant de nombreuses thérapies, y compris les TCC. Comme on n’est pas obligé de déclarer notre sujet d’étude avant la troisième année aux Etats-Unis, la licence reste un peu comme une « introduction » à un sujet, en montrant une partie de tous les parcours qu'il est possible de suivre dans un futur projet de master ou doctorat. Et sans vous dire combien exactement elle m’a coûtée, je me contenterais de dire qu’elle a été chère !!

D’ailleurs, j’ai aussi obtenu une certification de « Registered Behavior Technician » après une formation de 40 heures de vidéos éducatives et une évaluation écrite. Elle me permet d’implémenter des traitements comportementaux individuels aux autistes, ainsi que de suivre leur évolution et efficacité en obtenant des données pendant chaque séance.

Pour le moment, je n’ai pas prévu de suivre d’autres formations après le master. 

Bien que mes expériences professionnelles jusqu’à ce point ont été réalisées avec des enfants autistes, j’aimerais bien travailler avec des couples à l’avenir. Je suis également intéressée par des troubles de personnalité (schizophrénie, bipolaire, etc.).

Pour tous ceux qui souhaitent apprendre les TCC, je recommande de chercher à mettre en pratique le plus possible les théories et concepts appris dans les cours, vous les comprendrez et apprécierez bien mieux ! A mon avis, c’est un domaine de la psychologie qui s'applique à des nombreuses situations de la vie quotidienne. 

J’admire et applaudis votre initiative en lançant ce site-web. J’espère qu’il deviendra une ressource incontournable pour les gens intéressés en TCC et qu’il crée et renforce des réseaux sociaux entre nous.

Pauline, 22 ans, étudiante en M1 TCC à Nîmes

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je viens d'Uzès, j'ai 22 ans. Je suis quelqu'un de sportive, sociale.

Quelle est votre formation initiale ?

J'ai obtenue ma Licence de psychologie en juin 2016. Avant ma licence j'ai fait un an de LLCE (anglais) et un an de licence de criminologie dans une institution privée à Paris.

Qu’est-ce qui vous a motivé(e) à apprendre les TCC ?

C'est une thérapie qui me correspond par rapport à sa dynamique et le fait qu'un problème soit pointé du doigt. On ne tourne pas autour du pot pendant des mois pour trouver où est un éventuel problème. De plus je trouve que cette thérapie fait appel à la créativité lorsqu'il s'agit de donner des exercices à domicile au patient.

Quelle(s) formation(s) suivez-vous/avez-vous suivie(s) pour apprendre les TCC ? 

Je suis actuellement en Master 1 TCC à l'université de Nîmes. Il me manque encore l'année de Master 2 pour être diplômée de Psychologie, spécialisation TCC. Etant donné que je ne suis pas boursière, une année d'étude me revient à 476 € (à multiplier par 5 donc).

En licence, ma promotion était très compétitive avec peu de partage et d'entre-aide, mais depuis que nous avons passé la sélection d'entrée en master on sent une solidarité qui est en train de se former avec beaucoup moins de pression.

Ce que je n'apprécie pas dans mon cursus c'est le système de sélection, pour ma part je ne suis pas concernée car ma place est conservée en master 2, mais pour tous ceux qui passent une sélection de M1 à M2 et qui ne sont pas pris ne peuvent malheureusement rien faire, car il nous faut impérativement 5 années d'études pour exercer en tant que psychologue. Je trouve cette loi de sélection injuste étant donné que nous sommes dans des établissements publics et que l'enseignement est ouvert pour tous.

En tout cas je recommande l'approche TCC ainsi que les études de Psychologie aux personnes qui veulent se lancer dans une carrière sociale et portée sur l'individu, prendre en compte ses besoins, ses attentes et l'accompagner dans son changement. Quelqu'un qui se sent vraiment impliqué dans ce qu'il fait, car il faut être à 200% tout le temps !

Quelles autres formations comptez-vous suivre ensuite ?

Je n'y ai pas encore suffisamment réfléchi, mais j'aimerais suivre un DU Systémique et une formation à l'EMDR, ainsi que des DU portés sur la neuropsychologie.

Y a-t-il un public et/ou une pathologie particulière qui vous intéressent ?

Je suis vraiment intéréssée par le milieu psychiatrique et judiciaire. La psychopathie ou encore la personnalité borderline sont deux pathologies qui m'intéressent également.

Y a-t-il un stage que vous avez effectué et qui vous a particulièrement marqué ?

Oui, un stage en CMP (centre d'accueil de jour en psychiatrie). C'est un stage qui m'a fait prendre conscience de la gravité des choses dans le milieu psychiatrique, de la population que nous rencontrons et de la difficulté parfois à arriver à un changement, sans compter les très grandes listes d'attente et des personnes en demande de suivi ne peuvent pas être pris en charge...

Le personnel était plein de ressources et très impliqué dans ce qu'il faisait, ils étaient toujours à l'écoute et toujours là pour leur patient. De plus, certains patients que j'ai pu rencontrer m'ont particulièrement marqués par leur histoire, leur façon de s'en sortir et c'était un endroit dans lequel j'avais trouvé ma place.

Auriez-vous un conseil à donner à un étudiant qui démarre un cursus en TCC ?

Pour les stages, je pense qu'il faut s'y prendre très tôt car il y a encore peu de psychologues qui pratiquent les TCC et je pense qu'il n'y a rien de mieux qu'un stage avec un psychologue ou un psychiatre TCC pour apprendre du métier.

Pour les lectures, je conseille le livre de Cottraux, très bon livre complet sur le sujet des TCC.

Pour l'état d'esprit : restez OUVERT !!! Ne pas se centrer et s'enfermer dans un seul modèle de thérapie, car une chose que j'ai bien apprise durant mon stage, c'est qu'il faut avoir plusieurs cordes à son arc pour mener la meilleure des thérapies possibles. Je ne considère pas que la TCC est la meilleure thérapie qu'il soit car pour moi, toutes les thérapies ont leur place et chacune d'entre elles ont des points positifs et négatifs. Gardez en tête qu'il n'existe pas uniquement les TCC, mais bien d'autres modèles qui viendront compléter celle-ci.

Que pensez-vous de notre initiative de créer un site sur les TCC ?

Je pense que c'est une bonne chose d'avoir plein de témoignages pour encourager les gens à connaître ce modèle thérapeutique et pas uniquement connaître la Psychologie en général. Je pense qu'on aura tous des ressentis différents sur le sujet et ça peut être intéressant de voir ce qu'il en ressort, sans forcément prendre au pied de la lettre tout ce que l'on peut dire et ne pas en faire une généralité. Mais le concept est bien trouvé !

Haris, 44 ans, étudiant en M1 TCC à Strasbourg

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Haris, je viens de Chypre, j'ai 44 ans, je me considère comme quelqu'un de déterminé, cosmopolite et actif !

Quelle est votre formation initiale ?

Ma formation initiale est dans le domaine du marketing :
  • Bachelor of Business Administration in Marketing (European University, Chypre)
  • Masters of Business Administration in International Marketing (University of Sunderland, UK)
je suis donc en reconversion professionnelle.

Qu’est-ce qui vous a motivé(e) à apprendre les TCC ?

Dans les TCC j'apprécie beaucoup l'efficacité, la structure, le fait de se centrer sur un problème précis et ses solutions, ainsi que la collaboration avec les clients.
J'en ai moi-même bénéficié comme client pour un traitement de l'anxiété (12 séances).

Quelle(s) formation(s) suivez-vous/avez-vous suivie(s) pour apprendre les TCC ? 

J'ai suivi déjà plusieurs formations, certaines courtes et ciblées, d'autres plus longues :

Quelles autres formations comptez-vous suivre ensuite ?

Je compte passer le "CBT for Depression and Suicidality" du Beck Institute de Philadelphie, aux USA, accessible en ligne.

Y a-t-il un public et/ou une pathologie particulière qui vous intéressent ?

Oui, les pathologies liées à l'anxiété, la dépression.

Y a-t-il un stage que vous avez effectué et qui vous a particulièrement marqué ?

J'ai eu la chance d'effectuer un stage de 80 heures de séances avec des clients sur l'année 2015-2016. L'objectif était de faire le diagnostic et le traitement de l'anxiété, la dépression, l'anxiété sociale, la gestion de la colère.
Il y a eu des choses très positives, d'autre plus difficiles, mais dans les 2 cas cela a été pour moi une source de motivation et d’enrichissement humain. Regarder les clients commencer à se porter mieux et voir leur satisfaction, c'est irremplaçable.

Auriez-vous un conseil à donner à un étudiant qui démarre un cursus en TCC ?

La pratique, la pratique, la pratique : avec soi-même et avec les autres

Que pensez-vous de notre initiative de créer un site sur les TCC ?

C'est une très bonne idée, pour apprendre, mais aussi pour créer une communauté pour les étudiants en TCC !
 

Manon Villard - Conseillère en Analyse Appliquée du Comportement (ABA)

Quelle est votre profession et où exercez-vous ?

Je suis psychologue clinicienne de formation (Master pro –très freudien– de Paris VII), mais j’exerce en libéral sous le titre de « Conseillère en Analyse Appliquée du Comportement (ABA» ou parfois plus directement « Superviseuse en ABA ».

J’exerce auprès d’enfants souffrant de Troubles Envahissants du Développement (TED), du Comportement (TEC), du spectre autistique (TSA) ou de l’attention, avec ou sans hyperactivité (TA, TDAH).

Pourquoi ce titre ? Parce que mon métier, qui se compose de 3 activités principales : la mise en place de Projet d’Accompagnement Individualisé basés sur l’ABA, la guidance parentale et la supervision d’intervenants, est un métier à part entière.

Quelle formation avez-vous suivie pour apprendre les TCC ?

Mes 5 ans d’études de psychologie n’ont pas grand-chose à voir avec ce que je fais aujourd’hui.

C’est à Lille 3 que j’ai été formée pour ce qui est de la théorie (DU ABA en 2010), mais si je suis, bien relativement, compétente aujourd’hui, c’est surtout parce que j’ai eu la chance de travailler comme intervenante pendant 7 ans, sous la supervision de Psychologues BCBA très expérimentées – BCBA c’est la certification américaine en Analyse Appliquée du Comportement.

Comment vivez-vous les « TCC » dans votre pratique ?

Pour moi, on va pouvoir enlever un C à TCC, et même parler d’intervention comportementale. Comment je suis venue à l’intervention comportementale ? Eh bien certainement pas grâce à mes 5 années de psycho. On m’y a répété incessamment : « La thérapie comportementale, jamais ! Ils déplacent le symptôme ! »

Je ne vais pas ici dire plus de mal des psychanalystes, ni de ma formation, parce que je les respecte profondément et que je travaille encore quotidiennement avec des consœurs de formation psychanalytique. Elles peuvent - par le jeu, le dessin ou la conversation - aborder des problématiques très importantes avec les enfants que je suis : les problématiques liées à la stigmatisation liée au handicap ou à leurs troubles, les problématiques de déni des parents…
Elles le peuvent d’autant mieux qu’ils ont appris à jouer, dessiner et converser grâce à la thérapie comportementale !

Ce que je veux dire, vous l’avez compris, c’est que ces approches se complètent à merveille. Pour moi, elles n’ont pas les mêmes objectifs à l’égard du patient. L’approche ABA a pour objectif de mettre en place l’apprentissage de comportements donnant accès à l’autonomie, à la communication, à l’interaction sociale, à des activités fonctionnelles de la vie quotidienne, le tout en partant du plaisir et du désir de l’enfant. Il s’agit plus d’outils d’éducation que d’outils de « thérapie ».

Est-ce que la pratique des TCC est conforme à l’idée que vous en aviez avant de vous former ?

OUI ! Je déplace le symptôme ! Mais j’assume !

Quelques exemples : chez un petit garçon, j’ai remplacé le « symptôme » « stéréotypie avec une brindille en regard périphérique » (qui avait pour fonction l’auto-stimulation, d’après notre Analyse fonctionnelle) par un comportement de « jeu de ruban et jeu de bulles de savons » (qui ont la même fonction, après apprentissage par façonnement et pairing).

Chez un autre, nous avons remplacé le « symptôme » « cris stridents » qui (après Analyse fonctionnelle) s’est avéré avoir pour fonction la demande alimentaire, par le comportement « je veux manger ».

J’utilise cette terminologie pour plaisanter. Car en ABA et avec le public que je suis, nous n’utilisons pas le terme de « symptôme » mais celui de « comportement contextuellement inadapté ». Et nous mettons en apprentissage des comportements alternatifs.

Quel est l’outil ou la technique de TCC qui vous semble la plus indispensable dans votre pratique quotidienne ?

Le jeu ! L’apprentissage ne se fait pas sans motivation, et avec nos petits, il faut sans arrêt imaginer de nouveaux jeux. C’est plutôt fun comme boulot ! :)

Factuellement, comment s’organisent vos relations avec les autres professionnels de santé et vos collègues « psy » ?

J’ai répondu plus haut pour mes collaborations avec des psys plus psychanalystes, mais je travaille beaucoup avec des psychomotriciens, des orthophonistes. Nous nous apportons mutuellement. Il arrive que ces suivis soient terriblement compromis lorsque les troubles du comportement sont trop envahissants : nous transmettons alors à nos collègues les outils utilisés à la maison pour réduire ces troubles, encourager les comportements alternatifs, renforcer les efforts, et cette généralisation est tout à fait bénéfique pour l’enfant.

Par quel canal les patients/clients/usagers viennent vous consulter ?

Le bouche à oreille. Les professionnels libéraux compétents dans ce domaine sont encore trop rares. Les listes d’attentes sont longues. Les institutions ne sont pas encore bien formées à notre approche malgré les recommandations de la HAS. Elles ne sont en réalité pas toujours adaptées à la mise en place de ce genre d’approche et lorsqu’elles le sont, les places manquent !

Un accompagnement cohérent sur les différents environnements de l’enfant : domicile, école, centre de loisirs, est souvent beaucoup plus adapté (et moins cher qu’une place en institution). Mais le système de santé étant ce qu’il est, ce genre de suivi est très mal remboursé.

Y a-t-il un canal d’information privilégié que vous utilisez pour rester informé des progrès en TCC ?

J’avoue que je m’informe essentiellement sur les progrès en ABA, par des formations, des lectures et par l’échange avec d’autres praticiens.

Auriez-vous un conseil à donner à un étudiant qui démarre un cursus en TCC ?

Faites des stages variés pour trouver ce qui vous intéresse le plus.

Auriez-vous un conseil à donner à un jeune diplômé en TCC ?

Faites en sorte d’être toujours supervisés !

Que pensez-vous de l'initiativede créer ce site internet ?

En plus d’être une riche plateforme d’information, le site est une plateforme d’échange, et c’est formidable !

Echanger sur nos pratiques, nos savoirs, nos questions, nos besoins est à mon avis le meilleur moyen de faire notre métier le plus correctement possible.

Journées d'automne AFFORTHEC - novembre 2016

Journées d'automne AFFORTHEC - novembre 2016

Des processus à la thérapie : une nouvelle méthodologie


Ce sera le thème des prochaines journées d'automne de l'AFFORTHECC les 18 et 19 novembre 2016 à Annecy.
 

Atelier du 18/11

F. Nef va nous présenter une nouvelle façon de faire l'analyse fonctionnelle en TCC c'est l'analyse holistique processuelle
Celle-ci explique les phénomènes psychopathologiques par des processus psychologiques et rend compte de la comorbidité par des facteurs explicatifs communs.
En effet, des processus communs sont partagés par différents troubles et peuvent contribuer de façon causale au développement et/ou au maintien des 
symptômes observés. 
L’approche processuelle qui en résulte postule que les troubles mentaux résultent de processus psychologiques essentiellement cognitifs, émotionnels et comportementaux et que différents troubles peuvent être sous-tendus par des processus psychologiques communs (Harvey et al., 2004).
 

Atelier du 19/11

Mme Bayens, Mme Bouvard, M. Dethier et M. Philippot vont nous proposer dans la lignée de l'atelier du 18/11, un protocole d'évaluation des processus dans les troubles anxio-dépressifs.
Ces ateliers font évoluer nos pratiques cliniques et répondent à nos besoins de rester au contact des résultats des recherches scientifiques.
Lire la suite...
Haut de page